Michel et Augustin : Une étoile en vaut deux… Anecdote hôtelière n°5

Les invités de la cinquième anecdote hôtelière, après Arnaud Delontel et Tristane Banon, et Luz sont deux : Augustin Paluel-Marmont et Michel de Rovira deux copains de collèges, tous deux diplomés de l’ESCP-EAP et « trublions du goût ». Leur aventure gastronomique a commencé en 2003 par la visite des 1 263 boulangeries de la capitale pour écrire le guide des boulangeries de Paris. Puis ils ont fondé ensemble Michel et Augustin et ont commencé à concocter des petits sablés ronds et bons, sucrés et salés, des fruits entiers mixés, des vaches à boire (yaourts à boire) et aujourd’hui des petits carrés pas tout à fait carrés, des vaches en petit et gros pot distribués dans les supermarchés et hypermarchés, dans les épicerie fines, sandwicheries et vidéo-clubs … et pourquoi pas bientôt à l’Hotel !

Didier MOINEL DELALANDE

« Une étoile en vaut deux. »

micheletaugustinEn 1975, Augustin ouvre les yeux, Michel la bouche … Presque 30 ans plus tard, ils partent battre le pavé parisien à la découverte de ses 1 263 boulangeries ! Ils dégustent 1 432 baguettes et 432 pains au chocolat. 10 copains de Michel et Augustin décident alors de les aider dans leur aventure. Tout commence dans la petite cuisine du petit appartement d’Augustin, rue Hermel, dans le 18è à Paris. Au programme, 432 essais de pâte sablée. Et hop, le 8 janvier, le 1er client de nos petits sablés ronds et bons ! Il sort de chez Salah, l’épicier de quartier, situé à quelques marches du pas de porte de la rue Hermel. Petit à petit, l’aventure grandit. On délocalise notre fabrication dans le fournil d’un copain boulanger, puis d’un second. Puis, pour satisfaire la demande, Marie-Claire et Joël, les plus sympas des biscuitiers rencontrés, nous ont prêté le week-end leur laboratoire pour que nous puissions y concocter les recettes secrètes des petits sablés ronds et bons. La tribu changeait d’air le week-end, partait vivre l’expérience d’un voyage en 1ère classe en kangoo fabriquer des centaines de milliers de sablés ronds et bons, découvrir le secret de la pâte sablée, passer un week-end à rigoler.

Le repos dans tout ça ? C’est prévu.

Comme les grands décideurs du CAC 40, nous passons nos nuits à l’hôtel 😉  L’Hôtel Aster de Sablé sur Sarthe… « Hôtel Aster, une étoile en vaut deux », le slogan est assumé. Pour le peu d’heure passé dans l’établissement difficile de le contredire. En tout cas, les courageux de l’époque s’en rappellent encore.
Départ le vendredi soir tard et arrêt à l’hôtel qui a l’immense privilège d’accueillir pour une courte nuit les trublions. 6h du mat : on quitte nos lits douillets pour une arrivée estimée (et tenue) à 7h. Le pâton est passé au laminoir pour obtenir une pâte fine d’une épaisseur de 5,7mm. Munie d’emporte-pièce ayant la forme de marguerite à 12 pétales, la tribu des trublions découpe des petits sablés ronds (mais pas encore bons) délicatement déposés sur des plaques. Les plaques font petit à petit une échelle à moitié pleine. Ouste, au four. Dorage de pilule à 160° entre 16 et 22 minutes (en fonction de la température de la pâte, de l’humeur du four et du Calife). 1 heure au grand air pour être frais. La tribu ramasse à la main les petits sablés ronds (et enfin bons) sur les plaques. Pile de 10, ensachée, thermo soudée, puis mise en pack à la main.
Dimanche soir 22h30. Le lourde porte de la biscuiterie se referme. La kangoo, chargée comme un éléphant (on aime bien les éfélants) quitte son parking le coffre rempli de petits sablés ronds et bons… que nous livrons aux commerçants le reste de la semaine ! Direction Paris… et nos lits très douillets.

Depuis, d’autres biscuiteries ont fait un bout de chemin avec la tribu et ont vu sortir les petits sablés ronds et bons de leur fours. Ce sont aujourd’hui Jérôme, Anne-Sophie et Philippe qui ont rejoint l’aventure. Fini les nuits d’hôtels entre deux fournées. Mais l’aventure doit beaucoup à l’hôtel Aster…

Aujourd’hui, des vaches à boire (le 1er yaourt à boire onctueux, peu sucré et avec de vrais fruits), les gourdes de fruits entiers mixés, les petits SALéS ronds et bons, la vache en petit et gros pot et les petits carrés pas tout à fait carrés !

Avec toujours en tête, l’idée d’apporter quelque chose de nouveau au consommateur ! Notre rêve le plus fou ? Faire sourire la planète, toute la planète : et surtout ceux qui ne sourient plus ou plus beaucoup. Comment ? En créant, développant, vivant et partageant une aventure humaine, gourmande et sincère au sein d’une entreprise saine et forte. Plus belle sera l’aventure, plus les valeurs qui animent la tribu seront portées : joie de vivre, simplicité, solidarité et partage, entrepreneuriat, sens de l’effort, sport. »

 

‘Two stars for the price of one’, the 5th hotel anecdote by Michel & Augustin
The guests of the fifth hotel anecdote, after Arnaud Delontel, Tristane Banon and Luz are a ‘double act’: Augustin Paluel-Marmont and Michel de Rovira are childhood friends, both graduates of ESCP-EAP and self-appointed ‘troublemakers of taste’. Their gastronomic adventure began in 2003 when they decided to visit the 1263 bakeries of the capital to write a guide to Parisian bakeries. Together they went on to found Michel & Augustin and began to concoct ‘little round and good biscuits’ (sweet and savoury), fresh mixed fruit juices, ‘cows to drink’ (yoghurt drinks) and most recently their ‘little squares not very square’ coated biscuits and ‘cows in little and big jars’ distributed in supermarkets and hypermarkets, in delicatessen shops, snack outlets and video-clubs… and why not soon at the Hotel!

Didier MOINEL DELALANDE

Two stars for the price of one
micheletaugustinIn 1975, Augustin opened his eyes and Michel opened his mouth … Almost 30 years later, they took to the streets of Paris to visit the capital’s 1263 bakeries, tasting 1432 baguettes and 432 pains au chocolat along the way! Ten of Michel and Augustin’s friends decided to join them in their adventure. It all started in a little kitchen in Augustin’s little flat in rue Hermel in the 18th arrondissement in Paris. On the agenda, 432 tests to find the perfect cookie mix. And that was it… on the 8th of January, they sold their first little round and good biscuits to a customer in Salah’s deli, just a few yards from Augustin’s flat. Slowly but surely, the adventure gathered momentum.
“We delocalised our production work to the oven of a baker friend of ours, then a second. We were soon under pressure to satisfy demand which is when Marie-Claire and Joël, the nicest biscuit makers ever, agreed to lend us their laboratory at weekends to prepare the secret recipes of the little round and good biscuits. So the tribe enjoyed a change of scenery at weekends, setting off for a first class journey in a Kangoo to make hundreds of thousands of round and good biscuits and discovering the secret of the perfect biscuit mix… spending a weekend having fun with friends.
Where is the time for rest in all that you may wonder? It will come.
Like the big decision makers of the CAC 40, we spent our nights at a hotel 😉 The Hotel Aster in Sablé sur Sarthe… ‘Hotel Aster, two stars for the price of one’, the establishment assumes its slogan! Given the little time that we spent there it is hard to contradict it. In any case, our brave team at that time still remembers it well.
We used to leave Paris late on Friday night and head for the hotel which had the immense privilege of welcoming the ‘troublemakers of taste’ for a short night. At 6 in the morning, we would fall out of the comfy beds for an estimated (and achieved) time of arrival of 7am. The biscuit mix would then be passed through a rolling mill to obtain a thin pastry just 5.7mm thick. Armed with a pastry cutter in the shape of a 12-petalled flower, the tribe of troublemakers would cut out the little round (but not yet good) biscuits delicately laid on cooking trays. Then into the oven they would go, to laze around in a heat of 160° for between 16 and 22 minutes (depending on the temperature of the pastry, the mood of the oven and of Caliph Michel). Then after an hour in the open air to cool down and the tribe would handpick the little round (and now good) biscuits from the trays, gather them into groups of 10, place them in a heat sealed sachet and then into each packet by hand.
It would be 10.30pm on Sunday evening when the heavy door of the biscuit lab would finally shut. The Kangoo, loaded like an elephant (we love efelants !) would leave the car park, its boot bursting with little round and good biscuits… that we would deliver to shopkeepers the rest of the week! Direction Paris… and our own comfy beds.
Since then, other biscuit factories have given the tribe a helping hand and have seen little round and good biscuits come out of their ovens. Today Jérôme, Anne-Sophie and Philippe have joined the adventure. The era of nights in a hotel between two baking sessions is finished. But the adventure owes a lot to the Hotel Aster…
Today, our line includes ‘cows to drink’ (the 1st creamy yoghurts to drink with very little added sugar and made with real fruit), our whole mixed fruits to drink, the little round and good savoury biscuits, our cows in big and little jars and our little squares not very square!
We still have the same idea in mind which is to offer consumers something new! What is our wildest dream? To make the planet smile, the entire planet: and above all those who no longer or rarely smile. How? By creating, developing, living and sharing a sincere human adventure that brings pleasure within a healthy and strong company. The more beautiful the adventure, the more it will pass on the values that drive the tribe: love of life, simplicity, solidarity and sharing, enterprising spirit, a sense of hard work, and sport.”

Share

Un commentaire pour “Michel et Augustin : Une étoile en vaut deux… Anecdote hôtelière n°5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *