Deux beaux Iconoclastes

Il est deux solides esprits que j’aime bien dans le cercle des idées du moment. Je les apprécie car, affichant de beaux parcours personnels et professionnels, ces deux là manient une plume impertinente et piquent là où les vérités dérangent ou font mal. Je veux parler de Claude Allègre et d’Élisabeth Badinter.

elisabethbadinterLe récent livre d’Elisabeth Badinter, « Le Conflit, la femme et la mère », dénonce l’idéologie de la mère parfaite. A ses yeux, le bébé est devenu le nouveau bras armé du patriarcat. Tout discours qui s’inspire du naturalisme et qui, donc, interdit la diversité des choix, serait un retour en arrière. Pour elle, le désir humain n’est pas réductible au biologique et on peut parfaitement « arrêter sa montée de lait ». D’ailleurs, si l’allaitement était un délice sensuel pour les femmes, pourquoi sont-elles si nombreuses à arrêter après quelques semaines ? Finalement, il y a les femmes-mères qui s’épanouissent en retrouvant le mammifère en elles, et celles qui n’en veulent à aucun prix.. Et toc, voilà pour l’idéologie dominante du moment qui veut que la femme travaille et s’émancipe tout en élevant ses enfants, accompagnant son mari, etc … Élisabeth Badinter dit que tout cela est peut-être un peu beaucoup et que cela ressemble à un piège machiste. Je suis assez d’accord avec elle tout en lui retournant le compliment. Principale actionnaire du Groupe Publicis, je n’ai pas entendu dire que les milliers de salariées et stagiaires de son empire de communication bénéficient d’avantages particuliers pour vivre leur vie de femme au XXIème siècle … Qu’importe ! Élisabeth Badinter fait bien de dire ce qu’elle dit …

claudeallegreClaude Allègre, auteur de l’ouvrage polémique « L’imposture climatique », un des plus grands géochimistes de ces 30 dernières années, ancien ministre de la recherche, membre de l’Académie des Sciences, part en guerre contre la communauté scientifique et politique. Le réchauffement climatique ? Une bourde et un mensonge. Tout cela serait bidon. Levée de boucliers courroucés des scientifiques et ministres en place. Peu importe, Claude Allègre n’en démord pas, fait feu de tout bois, manie parfois l’imprécision dans ses arguments mais son verbe enflammé fait mouche. Selon lui, La raison de tout ce tintamarre autour du réchauffement climatique est la peur. Car l’eau serait, en fait, le principal agent de l’effet de serre, 80 fois plus abondant que le CO2 dans l’atmosphère. L’eau serait, de surcroît, le réel problème environnemental tant il en manquerait dans les décennies ou siècles à venir. Le rôle des poussières naturelles, industrielles et agricoles serait également mal compris. Il apparaît aussi que le rôle du Soleil a été sous-estimé. Sans parler, enfin, des effets probables du rayonnement cosmique galactique.

Je ne suis pas spécialiste de toutes ces choses la (l’allaitement, le réchauffement climatique, …), mais j’aime lire de telles pensées iconoclastes… ne serait-ce que pour me conforter dans mes opinions moins iconoclastes. Bonne lecture.

Two great iconoclasts
There are two solid minds that I really appreciate in the current circle of ideas. I like them because both have led full personal and professional lives and both wield an impertinent pen and are not afraid to go against the grain. I am talking about Claude Allègre and Élisabeth Badinter.
The recent book by Elisabeth Badinter, « Le Conflit, la femme et la mère », (The Conflict, the Woman and the Mother) denounces the ideology of the perfect mother. According to the author, the baby has become the best ally of masculine domination and any discourse that is inspired by naturalism and which, therefore, forbids the diversity of choices, would be a step backwards. For her, human desire cannot be reduced to biological considerations and a woman can easily ‘stop her milk’. Furthermore, if breast-feeding were such a sensual pleasure for women, why do so many stop after a few weeks? Finally, there are the women-mothers who blossom by finding the ‘mammal’ in themselves, and those who don’t want to at any price. To sum up, her book calls into question today’s dominant ideology that women should work and emancipate themselves while raising their children, supporting their husbands, etc. Élisabeth Badinter says that all that is perhaps a bit much and resembles a macho trap. I have to say that I somewhat agree with her while returning the compliment. As the majority stakeholder in the Publicis Group, I haven’t heard it said that the thousands of women workers and interns in her communication empire benefit from particular advantages to live their lives as 21st century women… Whatever our views, Élisabeth Badinter is right to say what she does…
Claude Allègre, author of the controversial work entitled ‘L’imposture climatique’ (The Climate Fraud), one of the most respected geochemists of the last 30 years, former minister of research, member of the Academy of Sciences, has launched an attack against the scientific and political community. For him global warming is a mistake and a lie. Basically it is all a big fraud. His claims have incensed scientists and ministers alike but Claude Allègre refuses to back down and on the contrary has even stepped up his attacks, sometimes with inaccuracies in his arguments but with a vehemence that hits home. According to him, the reason behind the hullabaloo about global warming is fear. Because he claims that the main cause of the greenhouse effect is in fact water, which is 80 times more abundant than CO2 in the atmosphere. What’s more he asserts that water will be the real environmental problem since it will be lacking in the decades and centuries to come. The role of natural, industrial and agricultural dust is also misunderstood. It seems that the role of the Sun has also been underestimated. Not to mention, lastly, the probable effects of cosmic galactic rays.
I am no specialist on these subjects (breast-feeding, global warming, etc.) but I like to read such iconoclastic ideas… even if only to back up my less iconoclastic opinions. Happy reading.

« Le conflit, » la femme et la mère »
Elisabeth Badinter, Février 2010
270 pages, Éditions Flammarion

« L’imposture climatique »
Claude Allègre, Février 2010
293 pages, Éditions Plon

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *