Illusion et incertitude

placehoteldevilleLe parvis de l’Hôtel de Ville de Paris a récemment accueilli cet été une œuvre surprenante de l’artiste François Abélanet qui a été peu relayé dans la presse et sur le Web. Dans la lignée des grands maîtres de l’anamorphose, il avait imaginé une œuvre cinétique éphémère donnant à chacun l’illusion du relief. En d’autres mots, un trompe l’oeil végétal.

Elle s’étendait sur 1500 m2 et nécessita pour sa réalisation par Sopranature, un spécialiste de la toiture végétalisée, pelles et râteaux, mais surtout laser et GPS. Cela ressemblait à une sphère d’herbe géante et n’était que 100%… trompe l’œil. Le public pénétrait dans une succession de volumes virtuels avant de monter sur une estrade et découvrir, depuis un seul point très précis, la forme monumentale imaginée par le créateur. « Qui croire ? Le réel est-il ce que l’on voit ? Où commence l’illusion ? » suggérait cette anamorphose alliant nature, art et mathématiques. Au-delà des illusions optiques, c’est bien le miroir des certitudes qui se lézardait pour laisse transparaître une autre vérité. La « magie » de l’anamorphose est là en tant que particularité étonnante de la perspective. « Une perspective dépravée par une démonstration logique de ses lois », pour reprendre la magnifique définition  de Jurgis Baltrusaitis.

Illusion and incertitude
placedelhoteldeville1This summer the square in front of the Paris Hôtel de Ville welcomed an astonishing artwork by the artist François Abelanet, which sadly did not receive the media and web coverage that it deserved. In the tradition of the great masters of anamorphosis, he created an ephemeral kinetic work giving an illusion of depth from each different angle. In other words, it was an optical illusion made up of grass and trees.
It covered 1500 square meters and required the help of Sopranature, a company specialising in plant rooftops, as well as the traditional spades and rakes but, above all, laser and GPS technology. It resembled a giant grass sphere and was in fact 100% optical illusion. The public could explore a succession of virtual volumes before stepping up onto a raised platform and discovering, from this sole viewpoint, the monumental shape imagined by the creator. « Who to believe? Is reality what we see? Where does the illusion begin? » are the questions posed by this anamorphosis combining nature, art and mathematics. Over and above the optical illusion itself, it shows how certitudes can crack open to reveal another truth. The ‘magic’ of anamorphosis is there as an astonishing particularity of the perspective. “A perspective corrupted by a logical demonstration of its laws », to borrow the magnificent definition offered by Jurgis Baltrusaitis.

François Abélanet

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.