La Part des Anges

Quel que soit leur champ d’expression, les grands créateurs partagent, généralement, la conviction que la beauté, la classe et l’élégance naturelle, n’ont que faire des complications inutiles. Tout le monde a en tête la remarque que fit l’Empereur au jeune Mozart : « c’est bien, mais trop de notes ». Sans doute, sa Majesté impériale fut un peu hâtive ce jour, mais un tel commentaire a, souvent, un fond de vrai. Dans un autre domaine, celui de la mode, un ami me rapportait, récemment, les réserves cinglantes du successeur de Jacques Esterel (le créateur de la fameuse robe en Vichy de Brigitte Bardot) pour tout rajout ou détail inutile dans la conception d’un vêtement. Pourquoi vous dis-je tout cela ? Et bien, pour pouvoir aborder en bonne disposition, mon sujet du jour, à savoir, l’armagnac.

partdesangesPlus ancienne des eaux de vies, mariage authentique de la vigne et du chêne, l’armagnac est un breuvage noble, pas vraiment cher, qui sublime les saveurs élevées, subtiles et complexes. A mon sens, c’est un exemple parfait de ces grandes simplicités qui, sans rajouts superfétatoires, mènent au plus haut des sommets. On trouve des armagnacs d’âges différents. Les XXX ou VS ont, au moins, deux ans de vieillissement. Pour le VSOP, le vieillissement est, au minimum, de cinq ans et pour les XO, plus de six ans. Les arômes de haute complexité s’obtiennent, elles, au bout de 20 et 25 ans. Issu de la distillation de vins blancs secs, l’armagnac doit vieillir, exclusivement, en fûts de chêne. Cela abaisse le degré d’alcool par évaporation (la fameuse « part des anges »). Et surtout, permet, par oxydation, d’augmenter la puissance aromatique. Arrivée à 40 % de volume, ou plus, l’eau de vie sera conservée en bonbonne de verre (la Dame Jeanne !). À partir de ce moment-là, l’armagnac ne vieillira plus et une bouteille ouverte peut se conserver plusieurs années. Voilà, l’essentiel est dit. Pour la petite histoire, c’est en Gascogne que naquit l’armagnac, heureuse conjonction à la croisée des Romains qui introduisirent la vigne, les Arabes, l’alambic et les Celtes le fût. Les Hollandais, quant à eux, achetèrent beaucoup de ce breuvage pour enrichir les vins qu’ils vendaient aux peuples du Nord de l’Europe. Enfin, un chiffre contemporain pour terminer :  9 millions de bouteilles d’armagnac sont consommées annuellement dans plus de 100 pays.

The Angels’ Share
Whatever their means of expression, all the greatest creators generally share the same conviction that natural beauty, style and elegance need not be unnecessarily complicated.  We can all recite the Emperor’s comment to young Mozart:  « it’s good, but there are simply too many notes ».  His Imperial Majesty was arguably slightly too hasty on that particular day, but such remarks often contain an element of truth.  Turning to the world of fashion, a friend recently told me about the scathing objections of Jacques Esterel’s successor (the designer behind Brigitte Bardot’s famous Vichy dress) to any addition to or unnecessary detail in the design of a garment.  So why am I telling you all of this?  Well, to be in the right frame of mind to bring up my topic of the day, namely Armagnac.
This relatively inexpensive, noble beverage, the oldest type of eau de vie, is an authentic blend of vine and oak which creates refined, subtle and complex flavours.  To my mind, it is a perfect example of the greatness of simplicity which, without superfluous additions, can lead to the best results.  There are different ages of Armagnac.  The XXX and the VS have been matured for at least two years, the VSOP at least five years and the XO more than six years. Highly complex flavours are only obtained after 20 to 25 years. Armagnac, which comes from distilling dry white whites, must only be aged in oak casks. This process reduces the alcohol content by evaporation (the famous « Angels’ share ») and above all increases the concentration of flavours by oxidation. Once the eau de vie reaches a level of 40%, or more, it is stored in demijohns (from the French Dame-Jeanne, literally Lady Jane). At this point the ageing process stops and, once opened, a bottle can be kept for several years.  So there you have it.  For the record, Armagnac originally comes from Gascony and from a fortuitous, concurrent crossing of the Romans who introduced vines, the Arabs the stills and the Celts the casks.  As for the Dutch, they bought great quantities of Armagnac to enrich the wines they sold to the people of Northern Europe.  Finally, a more up-to-date figure to finish: every year, 9 million bottles of Armagnac are consumed in more than 100 countries.

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.