Le Bus Palladium

buspalladiumLaissez-moi vous conter, brièvement, l’aventure unique de cette discothèque. Le Bus Palladium fut créé en 1965 à Pigalle, par James Arch, jeune homme d’affaires français de 22 ans, qui eut la bonne idée de mettre en place un système de bus pas chers pour permettre aux jeunes de banlieue de se rendre dans les boîtes de nuit parisiennes. Sa deuxième idée lumineuse sera de faire danser les jeunes sur de la musique live. Recette magique qui transforma Le Bus Palladium en temple du « yéyé » des années 60. Long Chris, Johnny ou Hervé Villard figurèrent sur le flyer d’ouverture. Salvador Dali, accompagné de ses amis, y débarqua, un soir, et boosta la popularité de cette discothèque… sans aucune décoration. Ce fut la troisième idée géniale de James Arch. En effet, la jeunesse 60 / 70 était plutôt « vive ». La casse n’était pas rare. Tout remettre en état pour le lendemain, n’était, cependant, pas un problème, en raison du dépouillement de l’endroit ! Cela ne veut, peut-être, plus dire grand chose aux adolescents d’aujourd’hui, mais le résultat de l’alchimie James Arch fut incontestable : tous les plus grands groupes musicaux de l’époque « passèrent » au Bus Palladium. Pendant que Régine, Castel et Bilboquet s’érigeaient en clubs privés « bon chic bon genre » de l’autre côté de la Seine, la jeunesse turbulente de Paris et des environs se retrouvaient au Bus Palladium autour de Eddy Mitchell, des Chaussettes Noires ou de Julien Clerc. Mick Jagger y fêtait son anniversaire. Les Beatles s’y produisaient. Stone y rencontra Charden. Plus tard, En 1977, le groupe Téléphone y enregistra son premier 45 tours en public. Pendant des années, Le Bus Palladium restera, ainsi, l’un des grands diapasons des nocturnes parisiennes. La discothèque créera, en 1981, les « Bus d’Acier » pour récompenser le meilleur groupe, chanteur ou chanteuse de rock français de l’année. Les lauréats furent, notamment, Alain Bashung (1981), CharlElie Couture (1982), Indochine (1983), Etienne Daho (1986), Carte de Séjour (1987), Noir Désir (1989), les Rita Mitsouko (1990) etc.. Joli palmarès, non ? Aujourd’hui, en 2011, le Bus Palladium a gardé un décor rétro avec murs tapissés de velours et banquettes en cuir rouge etc… Avec une nouvelle direction artistique, la discothèque s’adapte aux musiques actuelles avec une programmation alternant tous les styles branchés du moment. Mais on ne refait pas un mythe et la roue a tourné…

Bus Palladium
Let me tell you a little about the unique adventure of this nightclub. Bus Palladium was created in Pigalle in 1965 by James Arch, a young French businessman, 22 years old, who had the good idea of establishing an inexpensive bus system that would enable young people from the suburbs to frequent Parisian nightclubs. His second bright idea was to have the young people dance to live music. A magical recipe that transformed Bus Palladium into a temple of “yéyé”, or popstars, in the 1960s. Long Chris, Johnny Hallyday and Hervé Villard appeared on the opening flyer. Salvador Dali, accompanied by his friends, ended up there one night and boosted the popularity of this nightclub that didn’t have any décor. This was James Arch’s third great idea. In fact, the youth of the 1960s/1970s was rather “lively”. Damage was not uncommon. However, returning everything to normal for the next day was not a problem, given the bareness of the place! This does not, perhaps, mean much anymore to today’s adolescents, but the result of James Arch’s wizardry was unquestionable: all the biggest music groups of the time “passed through” Bus Palladium. While Régine, Castel and Bilboquet were established in private “bon chic bon genre” clubs on the other side of the Seine, the unruly youth of Paris and its surrounds could be found at Bus Palladium amongst Eddy Mitchell, Chaussettes Noires and Julien Clerc. Mick Jagger celebrated his birthday there. The Beatles showed up. Stone met Charden there. Later, in 1977, the group Téléphone recorded its first single in public there. For years, Bus Palladium would be on the same wavelength as nocturnal Paris. In 1981, the nightclub created the “Steel Bus” to reward the best French group or singer of the year. Winners were Alain Bashung (1981), CharlElie Couture (1982), Indochine (1983), Etienne Daho (1986), Carte de Séjour (1987), Noir Désir (1989), Les Rita Mitsouko (1990) etc. Quite a distinguished group, eh? Today, in 2011, Bus Palladium maintains a retro décor with velour-covered walls, red leather booths, etc. With new artistic management, the nightclub has adapted to current music with programming alternating between all the popular styles. But you can’t recreate a myth, and things have changed.

Bus Palladium
6, rue Pierre Fontaine
PARIS 9
Téléphone 01 42 85 00 70

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *