L’huître stérile

Un de nos ministres de l’Agriculture déclarait, il y a quelques années, à l’Assemblée Nationale, que « manger des huîtres rendait intelligent ». Pourquoi donc ces « ostreas » (huitres plates) et « crassostreas » (huitres creuses), pourtant dépourvues de cerveau et que nous avalons vivants, nous rendraient plus intelligents. Mystère du discours politique… Bref, passons. Mais, du coup, je vais m’attarder, un instant sur le thème des huîtres.

huitreNon pour vous vanter les mille saveurs iodées de ces charmants mollusques si difficiles à ouvrir les jours de réveillon (pour certains … j’avoue y prendre un certain plaisir). Non pour vous encombrer d’un exposé savant sur leur mortalité anormale, en France, depuis 2008, en raison des attaques sournoises du méchant virus OsHV-113. Non, enfin, pour vous rappeler que lorsqu’elles ne sont pas hermaphrodites, les huîtres sont, alternativement, mâles et femelles, caractéristique bien sympathique qui éviterait beaucoup de conflits matrimoniaux chez les humains s’ils étaient dotés de la même capacité.

En fait, je voudrais, plutôt, vous signaler l’apparition d’une nouvelle espèce de ces mollusques bivalves de la famille des lamellibranches ! De quoi s’agit-il ? Sachez que, depuis 2000, est commercialisée une nouvelle variété d’huîtres creuses génétiquement modifiées. Créées par l’Institut public français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), elles sont stériles. Ainsi, n’étant plus «laiteuse» en été, ces huîtres peuvent être largement commercialisées toute l’année. C’est le cas ! Par ailleurs, ne dépensant plus d’énergie pour assurer leur cycle reproductif (expulser des millions d’œufs fatiguent leurs congénères fertiles !), elles se développent plus rapidement. Tout cela est favorable pour le business, d’autant que l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) n’a émis aucune objection à sa commercialisation. Pour ma part, je reste un peu sur la réserve, aucune mention particulière ne permettant aux consommateurs de distinguer cette huître new age des variétés traditionnelles non génétiquement modifiées. Bon ! Trêve de ronchonneries écologiques ou éthiques. Chacun en pensera ce qu’il veut. En attendant, bonne dégustation. N’oubliez pas le jus de citron ou les échalotes … et préférez les noirmoutrines évidemment !

Sterile oysters
A few years ago, in the French National Assembly, a Minister for Agriculture declared that « eating oysters increases intelligence levels« .  So how do these « ostreas » (flat oysters) and « crassostreas » (hollow oysters), despite lacking brains and being swallowed live, make us more intelligent? It remains a political mystery…  So let’s move on.  Nevertheless I’d like to dwell a moment on the topic of oysters.
Not to extol the thousands of salty flavours of these delectable molluscs which always prove so difficult to prise open during the festive season (I have to admit to enjoying the challenge in some cases).  Nor to burden you with a scholarly explanation of their abnormal mortality rate in France since 2008 owing to insidious attacks by the harmful OsHV-113 virus. Nor even to remind you that those oysters which are not hermaphrodites alternate their sex, an interesting characteristic which could put a stop to many a matrimonial dispute among humans if we were endowed with similar capacities.
Instead I would like to point out the appearance of a new species of this bivalve mollusc from the Lamellibranchia family!  So what is it?  You might be interested to know that since 2000, a new variety of genetically modified hollow oysters has been on the market. They are sterile and were created by the French public institute for marine development research (Ifremer).  As they are no longer « milky » during the summer months, these oysters can be marketed all year round.  And they are!  In addition, the energy these oysters save on their reproductive cycle (producing millions of eggs tires out their fellow fertile creatures!) means they develop more quickly.  All of this is a great boost to business, all the more so as the French agency for food health and safety (Afssa) has not put forward any objections to their sale.  For my part, I have reservations, as there is nothing to enable consumers to distinguish between these new age oysters and traditional, unmodified varieties.
Anyway! Enough of this ecological and ethical grumbling.  Everyone is entitled to their own opinion.  In the meantime, enjoy!  Don’t forget the lemon juice or shallots, and opt for those from Noirmoutier of course!

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Un commentaire pour “L’huître stérile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *