Didier Moinel Delalande : Anecdote hôtelière n°1

6a00e553e306bb883300e553f5dae98833Pour pimenter un peu ce blog, j’ai pensé à inviter, une fois par mois, une personnalité qui viendrait nous raconter une expérience vécue dans un hôtel ou un restaurant français ou étranger. Ces scènes sont très souvent dignes des meilleurs vaudevilles mis en scène dans les plus grands théâtres … Il faut toutefois savoir que nous ne sommes pas forcément au courant de tout ce qui se passe dans l’hôtel, même si nous mettons un soin particulier à nous tenir informés en toute discrétion pour satisfaire pleinement les besoins de nos clients.
Pour donner le ton de cette nouvelle rubrique, permettez-moi de m’inviter sur mon blog (!) et rédiger la première anecdote :

Didier MOINEL DELALANDE

« Il y a trois ans, un jeune homme était à la recherche d’un établissement parisien pour s’installer comme hôtelier. Il avait perdu de vue ce milieu depuis une dizaine d’années et la fin de ses études secondaires, mais il était déterminé à retourner à ses premières amours et vers quoi il avait été formé. Armé de son seul courage et de quelques contacts dans le monde hôtelier, il était donc en quête de l’établissement rêvé…

Il le trouva par un matin froid de décembre 2005, Rue des Mathurins. Il entra dans l’hôtel et, incognito, demanda de visiter les chambres, le bar, la salle des petits-déjeuners, bref un tour du propriétaire avant l’heure ! Lors de cette première visite, il tomba sous le charme de cet immeuble, de sa taille humaine, de sa décoration chaleureuse. Les tableaux de Polo qui décoraient le bar et certaines chambres lui rappelaient ses derniers matchs. Il se sentait, d’ores et déjà, comme chez lui. De surcroît, c’est cette vision de l’hôtellerie qu’il souhaitait soutenir et défendre : offrir au client « le luxe d’être chez soi ». Pour se sentir chez soi, il fallait y dormir. Il réserva une chambre pour la nuit. Le lendemain, ce slogan résonnait encore dans sa tête alors qu’il arpentait la Rue des Mathurins pour s’enivrer du charme de ce quartier d’affaires, haut lieu d’art et d’histoire. Les boutiques de luxe et les grands magasins, leur agitation diurne, les théâtres et leur animation nocturne, le Square Louis XVI qui abrite, dans le calme et le respect, la Chapelle Expiatoire au milieu des arbres et des bosquets fleuris… le confortait sur l’emplacement de l’établissement dont il rêvait pour être un représentant de l’hôtellerie française.

Après de longues discussions familiales car, chez lui, les affaires sont histoires de famille et plusieurs heures de négociations remarquables grâce à la gentillesse du propriétaire, l’Hôtel des Mathurins changeait de propriétaire en avril 2006. Un nouveau défi s’annonçait pour ce jeune homme et sa famille qu’il entraînait avec lui.

Pour prolonger ce luxe d’être chez soi, il allait rapidement faire partager ses goûts culturels, artistiques et gastronomiques. Il proposa des Rendez vous du Mathurin. A l’origine, il s’agissait d’un vernissage privé à l’occasion d’une exposition ou d’un événement culturel. Très vite, ces événements ont été prolongés et ouverts au public pour présenter, à tous, des talents jeunes mais aussi plus expérimentés, photographes, peintres, écrivains, etc. Il proposerait même bientôt un festival annuel.

Puis, il commença à regarder l’immeuble voisin pour agrandir cet hôtel qui était maintenant le sien. Il allait augmenter le nombre de chambres pour passer de 35 à 54 tout en conservant ce même esprit d’un petit hôtel de charme.

Pour améliorer encore le plaisir des clients, il proposerait, bientôt, un spa offrant les délices d’un jacuzzi et d’un hammam.

Alors, méfiez vous avant de rentrer dans un hôtel… il se peut que vous y restiez, comme moi, plus longtemps que prévu !… »

Hotel anecdote no.1
To add something a bit different to this blog, I have decided to invite, once a month, a well-known figure to tell us a story about an experience in a hotel or restaurant in France or abroad. Such scenes are often worthy of the best vaudeville plays showing in the top theatres… You should know that we are not necessarily aware of everything that goes on in the hotel, even if we make a point of keeping ourselves discreetly informed in order to fully satisfy our guests’ needs.
To lead the way for this new section, allow me to invite myself to my blog (!) to write the first anecdote:
Didier MOINEL DELALANDE

« Three years ago, a young man was looking for a Parisian establishment to set himself up as an hotelier. He had strayed away from this world for a decade or so since finishing his studies but was determined to return to his first love and the business for which he had originally trained. So, armed with just his courage and a few contacts in the hotel business, he was on a quest to find his dream hotel…
He found it one cold morning of December 2005 in Rue des Mathurins. He walked into the hotel and, incognito, asked to visit the rooms, the bar, the breakfast room, basically, a tour of the premises! Right from this first visit, he was charmed by the building, its human dimension, and the warm décor. The paintings of Polo games decorating the bar and some of the rooms reminded him of his last matches. He instantly felt at home there. Best of all, this was precisely the vision of the hospitality business that he wanted to support and defend: to offer the guests ‘the luxury of feeling at home’. But to really feel at home, he had to sleep there, so he booked a room for the night. The next day, this slogan was still ringing in his head as he strolled along the Rue des Mathurins soaking up the charm of this business district steeped in art and history. The luxury shops and big department stores and their daily agitation, the theatres and their nocturnal animation, the Louis XVI Square which calmly and respectfully sheltered the Expiatory Chapel in midst of its trees and flowered bushes… All this comforted his impressions regarding the setting of the establishment that he was dreaming of to epitomise French hospitality.
After long family discussions, because, in his family, business is a family affair, and several hours of remarkable negotiations thanks to the understanding nature of the owner, the Hotel des Mathurins had a new owner in April 2006. A new challenge was beginning for this young man and his family who he had brought into the adventure with him.
To add to this luxury of feeling at home, he would soon begin sharing his cultural, artistic and gastronomic tastes. He proposed the ‘Rendez vous du Mathurin’. Initially these ‘rendez-vous’ events were private evenings revolving around an exhibition or cultural event held at the hotel but soon these events were extended and opened to the public to present up and coming talents to everyone as well as more experienced artists, photographers, painters, writers etc. It would even soon propose an annual festival.
Then, he began to look at the neighbouring building with the idea of extending this hotel that was now his own. He wanted to increase the number of rooms from 35 to 54 while keeping this same spirit of a charming family-owned hotel.
To make the guests even happier, he will soon also be able to offer them a Spa with the delights of a Jacuzzi and steam room.
So, just remember when you cross the threshold of a hotel… it could be that, like me, you will end up staying there longer than you first thought! »

Share

4 commentaires pour “Didier Moinel Delalande : Anecdote hôtelière n°1

  1. Anecdote hotelière n°1

    Pour pimenter un peu ce blog, j’ai pensé à inviter, une fois par mois, une personnalité qui viendrait nous raconter une expérience vécue dans un hôtel ou un restaurant français ou étranger. Ces scènes sont très souvent dignes des meilleurs vaudevilles …

  2. Anecdote hotelière n°1

    – Vous aimez cet article ? Votez pour lui sur Blogmemes.fr !Pour pimenter un peu ce blog, j’ai pensé à inviter, une fois par mois, une personnalité qui viendrait nous raconter une expérience vécue dans un hôtel ou un restaurant français ou ét…

  3. Anecdote hotelière n°1

    Pour pimenter un peu ce blog, j’ai pensé à inviter, une fois par mois, une personnalité qui viendrait nous raconter une expérience vécue dans un hôtel ou un restaurant français ou étranger. Ces scènes sont très souvent dignes des meilleurs vaudevilles …

  4. Anecdote hotelière n°1

    Pour pimenter un peu ce blog, j’ai pensé à inviter, une fois par mois, une personnalité qui viendrait nous raconter une expérience vécue dans un hôtel ou un restaurant français ou étranger. Ces scènes sont très souvent dignes des meilleurs vaudevilles …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.