Le Jardin des anges

Charles Trenet racontait que le Jardin des Plantes avait inspiré sa chanson « Un petit oiseau et un petit poisson s’aimaient d’amour tendre… » Vers 1930, une mésange y nourrissait des poissons rouge au bassin aux Nymphéas. Ce comportement fut expliqué comme un report de l’instinct nourricier de la mésange, déclenché par la similitude entre les lèvres des poissons et les becs des mésangeaux au nid.

Jjardindesplantese vous raconte cela car j’ai une tendresse particulière pour ce Jardin des Plantes dans le 5ème arrondissement que je vous incite à aller (re)découvrir. Du squelette des reptiliens prenant la pause dans la Grande galerie de l’Evolution du Muséum National d’Histoire Naturelle, aux lamas roupillant sur les bords de Seine tout en passant par les insectes virevoltant avec frénésie dans les parterres de fleurs, ce lieu est un paradis dans Paris. Tous les anges du monde végétal et animal sont là pour rappeler que la nature est un ballet incessant de naissance, de mort et de renouveau. D’ailleurs, le Jardin des Plantes ouvre et ferme, chaque jour, en fonction de l’heure du lever et du coucher du Soleil !. Créé par Louis XIII en 1635, le Jardin des Plantes se compose de onze jardins comprenant plus de 4.500 végétaux. Par exemple, le jardin d’iris et de plantes vivaces présente des centaines de variétés décoratives et grimpantes. Le jardin alpin présente 2.000 plantes de montagne et de rocaille provenant des quatre coins du monde. Il y a aussi trois grandes serres à découvrir. La roseraie, pour sa part, compte 170 variétés retraçant l’histoire de la rose.

Enfin, le labyrinthe propose ses passages cachés et ses diverses senteurs. Mais, il n’y a pas que des plantes au « Jardin des Plantes » ! L’endroit forme, en fait, un vaste ensemble composé de la Galerie de Minéralogie et de Géologie, la Grande Galerie de l’Évolution, la Ménagerie et les Galeries de Paléontologie et d’Anatomie comparée… Lieu symbole du continuum de la vie hors d’un temps urbain que des milliers d’autobus et de voitures viennent frôler chaque jour, Le Jardin des Plantes, me dit-on, prend, actuellement, une jolie initiative pour ceux qui rêvent de laisser leur trace sur terre (et ne me dites pas que cela ne vous a jamais traversé l’esprit !). Avec ses 255 nouveaux bancs en cours d’installation en remplacement des anciens, le Jardin des Plantes propose une drôle d’opération de mécénat. Contre moins de 2.000 euros pour un banc simple, le donateur verra son nom figurer sur une plaque. Même si cette initiative sent très fort le besoin d’argent de la part d’un Jardin de Plantes qui n’est, évidemment, pas une des priorités budgétaires de l’Etat, elle n’en demeure pas moins très « branchée »  et fort appréciée, semble-t-il. Déjà les 2/3 des bancs auraient trouvé mécènes. Alors dépêchez-vous si cela vous tente !

The Garden of angels
Charles Trenet said that the ‘Jardin des Plantes’ inspired his lyric about ‘a little bird and a little fish who loved each other tenderly’. Indeed legend has it that it was in this Parisian botanical garden, around 1930, that a blue tit was seen feeding the goldfish in the lily pad pond. This remarkable behaviour was explained as being a transfer of the blue tit’s feeding instinct due to the similarity between the mouths of the fish and the beaks of the baby blue tits in the nest.
I tell you this adorable story because I have a real soft spot for this botanical garden in the 5th arrondissement which I urge you to (re)discover. From the reptilian skeletons soaking up the sun in the ‘Grande Galerie de l’Evolution’ of the National Museum of Natural History, to the lamas napping on the banks of the Seine, not to mention the frenzied buzz of insects in the flowerbeds, this place is a paradise in the heart of Paris. All the angels of the plant and animal world are here to remind us that nature is an incessant ballet of birth, death and renewal. Indeed, the Jardin des Plantes opens and closes, each day, according to the time that the sun rises and sets! Created by Louis XIII in 1635, the Jardin des Plantes consists of eleven gardens featuring more than 4500 types of plant. For example, the garden of irises and perennials counts hundreds of decorative and climbing varieties. The Alpine garden counts 2000 mountain and rock bed plants from all over the world. There are also three huge hothouses to discover and the rose garden counts 170 varieties retracing the history of the rose.
Finally, the Labyrinth offers its maze of hidden routes and varied fragrances. But, there are not only plants in the Jardin des Plantes! In fact, the site also includes the Mineralogy and Geology Museum, the Natural History Museum, a Zoo and a Palaeontology and Comparative Anatomy Museum… It is a symbol of the continuum of life far removed from the urban age represented by the nearby turmoil of thousands of cars and buses. I have been told that the Jardin des Plantes is currently leading an interesting initiative for those who dream of leaving their mark on the world (and don’t tell me that the thought has never crossed your mind!). With its 255 new public benches being installed to replace the old ones, the Jardin des Plantes is proposing an interesting sponsorship operation. By paying for a bench, at less than 2000 Euros, the donator will get his or her name on a plaque on the bench. Even if this initiative shows a shortage of money for a Jardin des Plantes that is clearly not a government budgetary priority, it is nevertheless a clever idea and is apparently very popular. Two thirds of the benches have already found a sponsor. So if you are tempted you’d better be quick!

Jardin des Plantes de Paris
5 Rue Linné
75005 Paris
01 40 79 56 01
Métro : Jussieu

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *