Robert Doisneau : un Paris éternel

Robert DoisneauQui d’entre nous ne s’est jamais évadé en regardant les photos en noir et blanc de ce passeur d’émotions ? Robert Doisneau représente bien plus que des photos, il est à lui seul l’incarnation d’une époque, d’un Paris rempli de charme et de volupté. Né en 1912 à Gentilly, Doisneau apprend à 15 ans le métier de graveur lithographe à l’école Estienne et entre dans la vie active en dessinant des étiquettes pharmaceutiques. En 1931 il découvre le monde de la création artistique chez André Vigneau dont il devient opérateur. Mais c’est en tant qu’employé au service publicitaire des usines Renault qu’il découvre le monde de l’image. A cause de retards répétés il est licencié du groupe automobile, mais il accède au statut de photographe indépendant ardemment espéré. Lorsque la guerre éclate Doisneau est cassé dans son élan et met fin à une multitude de projets. Au lendemain de cet épisode douloureux pour la France, Doisneau met son talent au service de la photographie, en immortalisant de nombreux instants de la vie quotidienne et accumule les clichés qui feront succès. Dans toutes ses photographies, Robert Doisneau privilégie les moments furtifs, les bonheurs minuscules éclairés par les rayons de soleil sur le bitume des villes. Grâce à son talent il est l’un des photographes français les plus connus à l’étranger notamment grâce à des photos comme « Le Baiser de l’Hôtel de Ville ».

le baiser hotel de ville

Grâce à lui nous pouvons avoir une véritable rétrospective des joies et des peines de l’après-guerre à Paris en découvrant les clichés d’artisans, de clochards, de gamins de rue, d’amoureux, de bateleurs, de bistrots. La portée de cet artiste est majeur, je peux d’ailleurs m’en apercevoir lorsque je visite des appartements parisiens, au détour d’une chambre laisse entrevoir un des chefs-d’œuvre de ce photographe.

Robert Doisneau: Paris Eternal
Who among us has never imagined themselves in one of this master of emotion’s black and white shots? Robert Doisneau represents far more than just his photos: he single-handedly became the incarnation of an entire epoch, of a Paris filled with charm and sensuality. Born in 1912 in Gentilly, Doisneau trained as a lithographer and engraver at the Ecole Estienne at the age of 15, before starting work designing pharmaceutical labels. In 1931, he discovered the world of artistic creation through André Vigneau, with whom he started working as an assistant. It was as an employee in the advertising department of Renault car factories, however, that he discovered the world of visual communication. He was fired by the automobile group for his continual tardiness, but gained the status of independent photographer he had so longer for. The outbreak of the war stopped Doisneau in his tracks, causing him to abandon a multitude of projects. After this painful chapter in France’s history, Doisneau applied his talents to photography, immortalising countless moments from daily life and amassing the snapshots that would make him famous. In all his photographs, Robert Doisneau endeavoured to capture stolen moments, tiny pleasures lit up by rays of sunshine in city streets. His talent has made him one of the best internationally known photographers France has ever produced, thanks largely to photos such as « Le Baiser de l’Hôtel de Ville ». He has left us with an authentic retrospective of the joys and sorrows of post-war Paris, featuring shots of craftspeople, tramps, street children, lovers, entertainers and bistros. The reach of this artist’s work is immense. I have noticed this myself when visiting Parisian apartments, where a bedroom door left ajar might allow a glimpse of one of the photographer’s masterpieces.

L’atelier Robert Doisneau

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.