Fraîches catacombes

Franchement persécutés par les romains, les premiers chrétiens n’avaient guère la vie facile. Néron, par exemple, se servait d’eux comme torches vivantes pour éclairer la Via menant aux arènes de gladiateurs. Ne sachant où enterrer leurs morts, les chrétiens purent, cependant, utiliser les catacombes, sorte de cimetières souterrains réservés aux « gens ordinaires ». A Rome, ils font plus de 170 kilomètres  et abritent des centaines de milliers de tombes. Les plus visités (si vous passez par Rome) sont les Catacombes de Domitilla, St. Callixtus, St. Sebastian, St. Agnus et Priscilla.

fraichescatacombesParis, pour d’autres motifs, possède aussi de remarquables catacombes. Elles consistent en un ossuaire souterrain de plus de 6 millions de squelettes. Au début du 19ème siècle, les autorités les firent enlever des cimetières insalubres de la Capitale pour les regrouper dans un lieu souterrain correspondant à d’anciennes carrières et dont l’accès est situé Place Denfert-Rochereau. L’opération fut gigantesque . Car transporter, de nuit, tous ces squelettes pour les regrouper dans de vastes couloirs interminables ne fut pas une mince histoire. Tous, aujourd’hui, sont impeccablement rangés, sans nom ni indication de leur appartenance sociale ou de date de leur mort.  Je vous invite à aller leur rendre visite. Voir ces millions de tibias, de bras et de crânes est une expérience unique. Après un moment de sidération et d’inquiétude métaphysique sur son propre destin, on s’étonne de tous ces bosquets d’ossements ; avant de s’habituer puis de s’en désintéresser… Car, la vie reprend vite le dessus ! Je ne veux, d’ailleurs, pas manquer de respect envers nos ancêtres qui reposent dans ces corridors de l’ennui éternel après avoir vécu, aimer, fait des enfants… comme chacun d’entre nous, les (encore) vivants. Mais je dois dire que cette balade parmi eux, en été quand il fait très chaud, est un excellent moyen de passer un moment au frais dans un lieu chargé d’histoire, d’ossements et de citations.

Un parcours à pied qui fait réfléchir, voire frémir. Il vaut mieux, d’ailleurs, prévoir un pull car la fraîcheur vous prend au milieu du parcours. Je résumerais cette expérience de descente aux Catacombes comme une longue procession dans l’empire de la Mort, avant de regagner, tout sourire, le monde des vivants… Dernière remarque : claustrophobes s’abstenir !

Chilly catacombs
Life was unkind to early Christians, who were quite frankly persecuted by the Romans.  Nero, for example, used them as human torches to light up the way leading to the gladiators’ arenas.  Unsure as to where to bury their dead, Christians were nevertheless authorised to use the catacombs, a type of underground cemetery for « ordinary people ».  In Rome, the catacombs stretch over more than 170km and house hundreds of thousands of tombs.  If you pass by Rome, the most visited ones are the Catacombs of Domitilla, St. Callixtus, St. Sebastian, St. Agnus and Priscilla.
Paris is also home to quite remarkable catacombs, with different origins.  They served as an underground ossuary for more than 6 million skeletons.  At the beginning of the 19th century, the authorities decided to have them taken away from the capital’s dirty cemeteries and stored together underground in what used to be quarries, accessible from the Place Denfert-Rochereau.  This was a gigantic mission, for transporting all those skeletons at night and storing them in vast, endless tunnels was no mean feat.  Today, they are all perfectly ordered, without anything to indicate their social status or date of death.    Do go and take a look at the millions of shinbones, arms and skulls, it’s a unique experience. At first, it is simply staggering and following a bit of metaphysical questioning about our own fates, surprise at seeing all these piles of bones takes over, after which you acclimatise and finally lose interest… as life quickly get the upper hand again! I don’t want to be disrespectful to our ancestors lying in these never-ending tunnels having lived, loved and brought children into the world, just like the rest of us who are (still) living.  But I have to say that wandering amongst them, during summer, when it is very hot outside, is an excellent way of staying cool in a place steeped in history, bones and quotations.
The tour will leave you musing, even shivering.   For that matter, bring along a jumper as you will be feeling the chill mid-visit.  I would summarise this experience down in the depths of the Catacombs as a long procession into the land of Death, before coming out with a smile into the land of the living.  One final remark: claustrophobics are advised to steer clear!

Les Catacombes de Paris
Métro et RER B : Denfert-Rochereau
Parc de stationnement : Boulevard Saint-Jacques
Du mardi au dimanche de 10h00 à 17h00 (fermeture des caisses à 16h)
Parcours 2 km, Ni toilettes, ni vestiaire
130 marches à descendre, 83 marches à remonter
Température : 14°

Didier MOINEL DELALANDE

Share

3 commentaires pour “Fraîches catacombes

  1. Pour information ce ne sont pas 130 marches qu’il faut descendre pour visiter l’Ossuaire des Catacombes de Paris, mais 131 (25 + 106), car si on s’arrête à 130 on ne sort jamais de l’escalier !!
    Sincèrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.