Jazz à Paris

« It don’t mean a thing if it ain’t got that swing” (cela ne veut rien dire si cela ne swingue pas), cette formule chaloupée de Louis Amstrong résume, à elle seule, tout le jazz, une des plus belles aventures musicales qui fut. Car, ne nous trompons pas, tout comme la musique contrapuntique ou le baroque, le jazz a atteint son sommet vers la moitié du 20ème siècle et ne se renouvelle plus guère. Pourtant, subsistent, à Paris, quelques lieux mythiques où les accros des solos de saxo peuvent encore consommer de la bonne musique de jazz et les jeunes générations se donner l´impression de retrouver les ambiances Miles Davis ou Charly Parker.

Voyons cela rapidement. Tout d´abord, Le Duc des Lombards, club de jazz et restaurant incontournable de la capitale. Son acoustique en fait l’un des « must » du jazz international où des légendes telles Martial Solal, Benny Golson, Aldo Romano, Erik Truffaz ou Richard Galliano y firent escale. Très bons concerts saxo, contrebasse, batterie, guitare. Mais, voilà, de l´avis général, tarifs et accueil y sont devenus, franchement désagréables.

Ensuite, voyons le Caveau de la Huchette, en plein quartier latin. Depuis 1946, les meilleurs orchestres de jazz, swing ou be-bop se sont produits sur cette scène minuscule où jouèrent Lionel Hampton, Art Blakey, Claude Luter, Count Basie, Sidney Bechet ou Rhoda Scott… L’ambiance évoque encore, parfois, la grande époque du Cotton club et du Savoy. Pourtant, comme pour le Duc des Lombards, le lieu n´est plus à la hauteur de sa réputation, sauf lors de programmation exceptionnelle, de plus en plus rare. Triste de voir un lieu qui a vu les plus grands, tomber si bas.

Changeons de rive de la Seine. Depuis sa création en 1975, dans sa salle de 250 places, le Jazz Club Etoile a accueilli Dizzy Gillespie, Cab Calloway, Oscar Peterson, Fat Domino ou  Dee Dee Bridgewater. Aujourd’hui, sa programmation tourne autour de la Soul, du Funk ou de la World Music. Ambiance rythmée et animée. Même si les puristes feront la fine bouche, le Jazz Club Etoile constitue une bonne option pour une soirée de qualité.

Filons, à présent, dans le centre de Paris, au New Morning. Rythmes de jazz, musique folk, blues, soul et salsa résonnent dans cet établissement  où se produisirent Miles Davis, Dizzy Gillespie ou encore Prince. Un lieu qui ne paye pas de mine, en plein milieu du quartier de la communauté africaine, mais une institution pour les amateurs de jazz et de musique métissée. Un conseil : arrivez tôt pour être assis et avoir une bonne visibilité, le défaut de cette salle, à l’acoustique exceptionnelle, étant les deux poteaux au milieu de la salle empêchant d’avoir une vue d’ensemble de la scène… En bref, je crois vous avoir décrit rapidement les principaux lieux encore magiques du jazz à Paris, tous chargés d’histoire mais pas toujours à la hauteur de leur réputation. « Etre et avoir été », éternel quadrature du cercle.

jazz1 jazz2 jazz3 jazz4
Duc des Lombard Caveau de la Huchette Jazz club Etoile New Morning
42 Rue des Lombards
75001 Paris
5, rue de la Huchette
75005 Paris
81 Boulevard Gouvion Saint-Cyr
75017 Paris
7/9 Rue des Petites Ecuries
75010 Paris

Jazz in Paris:
« It don’t mean a thing if it ain’t got that swing” – Louis Armstrong’s swaying mantra sums up the spirit of jazz, one of the most beautiful musical adventures of all time, in a nutshell. But let’s be honest, much like contrapuntal music and baroque, jazz has barely changed since it reached its summit (around the middle of the 20th century). Nonetheless, Paris is home to a few cult spots where saxophone solo fans can still drink up fine jazz music and younger generations can pretend
they’re back in Miles Davis’ or Charlie Parker’s day.
Let’s run through them quickly.  First up is the Duc des Lombards Club and restaurant, a must for jazz fans in the capital.  Its acoustics have made it a favourite port of call for jazz artists on international tours, including legends such as Martial Solal, Benny Golson, Aldo Romano, Erik Truffaz and Richard Galliano.  Expect great concerts with saxophone, double bass, drums and guitar… but be prepared to shell out for the privilege and don’t be surprised if the service is less than friendly.
Next, the Caveau de la Huchette, right in the middle of the Latin Quarter. Since 1946, the best jazz, swing and bebop orchestras have been setting up on its tiny stage, where Lionel Hampton, Art Blakely, Claude Luter, Count Basie, Sidney Bechet and Rhoda Scott have played. Sometimes, the atmosphere here is still reminiscent of the Cotton Club and the Savoy.  However, much like the Duc des Lombards, this bar is becoming less and less worthy of its good name, the only exception being on special show nights, which are few and far between.  It’s a real shame to see this venue, which once hosted the jazz greats, sink so low.
Now to the other side of the Seine. Since its opening in 1975, the 250-capacity room of the Jazz Club Etoile has welcomed Dizzy Gillespie, Cab Calloway, Oscar Peterson, Fats Domino and Dee Dee Bridgewater. These days, its programme also features a large variety of soul, funk and world music.  Though purists may turn up their noses, the Jazz Club Etoile offers a dynamic, animated atmosphere and is always a good option for a decent evening out.
Let’s finish up in the centre of Paris, at the New Morning. Jazz rhythms, folk, blues, soul and salsa resound in this venue where Miles Davis, Dizzy Gillespie and Prince have all performed. Located at the heart of the African quarter, the club doesn’t look like much from the outside, but it’s a haven for fans of jazz and fusion.
Here’s a tip: arrive in advance to get a good seat with a view of the stage. The room has excellent acoustics, but the two pillars in the middle prevent the people behind them from seeing the entire stage. Well, I’ve tried to give a run-down of the spots where the magic of jazz lives on in Paris. All are jam-packed with musical history, although some fall short of their reputation these days.  I
guess it’s impossible for clubs to stay fashionable forever. 

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *