Joséphine au musée du Luxembourg

A l’issue du bicentenaire de la mort de la fameuse Impératrice, le musée du Luxembourg propose jusqu’au dimanche 29 juin une exposition consacrée aux œuvres majeures de sa collection privée mais également à ses souvenirs personnels. L’occasion de découvrir ou redécouvrir l’un des grands personnages de l’histoire de France.

De Rose Tascher de la Pagerie à Joséphine de Beaumarchais
Rose Tascher de la Pagerie naît en 1763 aux Trois-Ilets en Martinique. Elle connaît une enfance heureuse dans la plantation familiale et est envoyée à 16 ans à Paris où elle épouse le Vicomte Alexandre de Beauharnais. De cette union naît deux enfants, Hortense et Eugène. Les époux se séparent cependant peu de temps avant la Révolution. Emprisonnée au couvent des Carmes lors de la Terreur, Rose en sort indemne de justesse. Elle rencontre le jeune général Bonaparte dans les cercles d’un des hommes forts du directoire, Paul Barras. Le futur empereur tombe sous le charme. Le mariage civil est célébré le 9 mars 1796 sans le consentement de la famille Bonaparte. C’est Napoléon qui lui donne le prénom de Joséphine.

Les années de gloire
Elle est associée à la montée au pouvoir du futur empereur et se trouve souvent projetée sur le devant de la scène politique. En 1804, Napoléon la sacre impératrice. Pendant cinq ans, elle va participer à son règne. Les deux époux divorcent en 1809 en raison de l’infertilité de Joséphine.

josephine-une
Pierre-Paul Prud’hon, Portrait de l’impératrice Joséphine dans le parc de Malmaison (détail), 1805-1809, Musée du Louvre, Paris © Rmn-Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot

Les dernières années
Elle passe les années restantes de sa vie entre le palais de l’Elysée, le château de Navarre, le domaine de Malmaison (et toutes ses collections) cédés par l’Empereur. Elle se consacre alors à sa passion pour la botanique, à ses petits-enfants (dont le futur Napoléon III) et partage également son temps entre ses voyages et l’accroissement de ses collections d’art.

L’exposition
Joséphine fut une inspiration pour nombre d’artiste de son époque. Sans être d’une exceptionnelle beauté, elle était souvent décrite comme une femme d’une élégance folle. Même s’il ne lui a pas toujours été fidèle, l’empereur en était très amoureux. Plusieurs portraits de l’Impératrice sont ainsi exposés.
Différentes parties de sa vie sont  aussi évoquées au cours de l’exposition et montrent le luxe de ses ameublements, ou encore sont goût extravagant pour la mode visible à travers l’élégance de ses toilettes et bijoux.

Robe-et-manteau-de-cour-de-l-Imperatrice_exact540x405_l
Robe et manteau de cour

Le visiteur découvre également d’autres aspects de cette femme à la personnalité forte, notamment son goût pour les œuvres d’art (peintures, sculptures, antiquité…) ou encore sa passion pour les jardins et la botanique.
Son influence et sa place sur l’art français ainsi que son impact dans la constitution du style de l’époque consulaire sont parfaitement mis en lumière.

Joséphine at the Musée du Luxembourg
To mark the bicentenary of the death of the famous Empress, the Musée du Luxembourg will be holding an exhibition, until Sunday 29 June, dedicated to the major works of her private collection and also to her personal keepsakes. The perfect opportunity to discover or rediscover one of the greatest figures in France’s history.
From Rose Tascher de la Pagerie to Joséphine de Beauharnais
Rose Tascher de la Pagerie was born in 1763 in Les Trois-Ilets, Martinique.She spent a happy childhood on the family plantation and was sent to Paris at the age of 16 to marry Alexandre, Vicomte de Beauharnais. This union produced two children, Hortense and Eugène. However, the couple would separate shortly before the Revolution. After being imprisoned in the Convent of the Carmelites during the Reign of Terror, Rose was released without charges. She met the young General Bonaparte through the circle of acquaintances of one of the Directory’s leading men, Paul Barras, and the future emperor fell under her charm. The civil wedding was held on 9 March 1796 without the consent of the Bonaparte family. It was Napoleon who decided to call her Joséphine.
The glory years
She was closely involved in the future emperor’s rise to power and often found herself thrust into the spotlight on the political scene. In 1804, Napoleon crowned her empress. For five years, she played an important part in his reign. The pair divorced in 1809 as Joséphine was unable to bear children.
The final years
She spent the remaining years of her life in between the Elysée Palace, the Château de Navarre, and the Malmaison Estate (and all its collections) that the Emperor had left to her. As well as devoting herself to her passion for gardening and her grandchildren (including the future Napoleon III), she also split her time between travelling and adding to her art collections.
The exhibition
Joséphine was an inspiration to many artists of her time. She may not have been exceptionally beautiful, but she was often described as a woman of extraordinary elegance. Even though he was not always faithful, the emperor was deeply in love with her. Several portraits of the Empress are exhibited.
Over the course of the exhibition, different areas of her life are evoked through her luxurious furniture and her extravagant taste in fashion, which can be seen in the elegance of her garments and jewellery.
Visitors will also discover other aspects of this strong-tempered woman, including her love of works of art (paintings, sculptures, antiques, etc.) and her passion for gardens and botany.
Her influence and role in French art, as well as her impact on the definition of style in the consular era are also brought elegantly to light.

« Joséphine »
Musée du Luxembourg
19 Rue de Vaugirard
75006 Paris, France
+33 1 40 13 62 00

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.