La passerelle Senghor, anciennement Solférino

Senghor2L’actuelle passerelle Senghor, anciennement Solférino, fut inaugurée en 1999 et fermée quelques jours plus tard au public. Entièrement financée par l’Etat, certains ingénieurs pointent du doigt le fait que certaines parties du plancher sont glissantes, d’autres reprochent au pont les matériaux utilisés pour sa construction ou d’être non-accessible aux personnes à mobilité réduite. Une semaine après son inauguration, la plateforme est fermée au public et rouvrira près d’un an plus tard après la pose de 14 amortisseurs et d’un sol antidérapant. Aujourd’hui, heureusement, ces débuts difficiles sont oubliés et on se remémore plus volontiers que son auteur Marc Mimram a reçu l’équerre d’argent pour son œuvre.

Senghor3

L’ouvrage de 140 m est fait de métal soudé (fer et aluminium) et de bois exotique à arche unique pour le planché, il est également dédoublé au niveau du tablier, ce qui permet de relier les quais du haut et du bas. En 2006, la passerelle est rebaptisée du nom de Léopold-Sedar Senghor à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance. L’ouvrage est remarquable et marie très bien avec son environnement et la géographie du lieu.

Senghor1

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.