Persona, étrangement humain au musée du Quai Branly

Par Gilles Clément
Affiche de l'exposition
Affiche de l’exposition

Le musée accueille depuis quelques semaines une exposition très troublante : Persona, étrangement humain. Elle invite le visiteur à être plus sensible au « potentiel de toute chose à s’affirmer comme présence singulière ». La formulation est vague mais bien illustrée par le choix des 230 objets « vivants » du parcours. En mettant en parallèle aussi bien des objets de culture animiste que des pièces d’art moderne, des installations, des automates, des momies ou des vidéos, la scénographie nous fait expérimenter la sensation surprenante que quelque chose se passe avec ces formes inanimées. Les concepteurs de l’exposition s’amusent à jouer avec nos perceptions en nous faisant plonger dans l’infiniment petit et l’infiniment grand, en nous perdant dans l’obscurité, puis en nous baladant dans le musée des arts surnaturels. Le parcours se poursuit par une lente déambulation dans la « Vallée de l’Etrange ». Imaginée dans les années 1970 par le roboticien Masahiro Mori, elle désigne le fait que, lorsqu’un objet atteint un certain degré de ressemblance anthropomorphique apparaît une sensation d’angoisse et de malaise. On se trouve ainsi confronté avec des robots, des pantins ou des objets qui frappent par leur ressemblance et dissemblance humaine. La visite se termine par la découverte d’un appartement peuplé de robots, plus ou moins utiles ou envahissants, qui interrogent notre rapport quotidien à l’utilisation et l’incarnation mécanisée d’objets anthropomorphes.

L’exposition Persona  a le grand mérite de faire s’interroger le spectateur sur sa place dans le monde et sur ce qui le différencie ou le rapproche d’autres formes de vie. Elle favorise également une plus grande sensibilité aux « présences » et floute la notion de frontière. Je vous déconseille cependant d’y aller avec vos enfants et je suggère aux âmes sensibles de ne pas s’y précipiter.

Aperçu de la Vallée de l'étrange
Aperçu de la Vallée de l’étrange (c) La Croix
mat héraldique
mat héraldique

Persona, strangely human at the Musée du Quai Branly
One of the major successes of President Jacques Chirac’s two terms of office was arguably the building of the Musée du Quai Branly. The museum designed by Jean Nouvel is divided into four sections and takes visitors on a journey into the ethnic art of Africa, Asia, the Americas and Oceania. Its well-thought out and modern museography take you on a journey of cultural exploration of these continents. Quai Branly’s stated mission is to be the guardian of the seen and unseen heritage of the traditions and cultures of these territories. I recommend you go there on a Sunday between 3pm and 5pm to take advantage of the surprise tours offered by museum guides.
For the past few weeks the museum has been hosting a rather disturbing exhibition: Persona, strangely human. Its aim is to make visitors aware of “the potential of things to have a presence”. That might sound a bit vague, but all becomes clearer when you see the 230 “living” objects in the exhibition. By juxtaposing objects from animist cultures with modern art, installations, automata, mummies and videos, the exhibition is designed to make us feel that something is happening with these inanimate figures. The designers of the exhibition play with our perceptions, plunging us into the infinitely tiny and the infinitely huge then throwing us into darkness, before taking us on a tour of a museum of supernatural arts. The exhibition continues with a stroll through the “Uncanny Valley” by roboticist Masahiro Mori. Conceived in the 1970s, it is designed to demonstrate that once an object acquires a certain degree of anthropomorphic resemblance, it causes feelings of anxiety and discomfort. We find ourselves face to face with robots, puppets and objects that have a striking resemblance but at the same time dissimilarity to humans. The visit ends in an apartment full of robots, some more useful or intrusive than others, that question our day-to-day relationship with and use of humanlike mechanised objects.
What the Persona exhibition achieves very well is that it makes us question our place in the world and what makes us different from or similar to other forms of life. It also makes us more aware of other types of “presence” and blurs the notion of borders. I don’t recommend taking children to this exhibition, and anyone who is a bit sensitive might want to give it a miss too.

Persona, étrangement humain
Du 26 janvier au 13 novembre 2016
Musée du quai Branly
37 Quai Branly
75007 Paris
http://www.quaibranly.fr/

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.