Pont de Tolbiac

L’un des derniers ponts en pierre de Paris qui tire son nom de la rue de Tolbiac à laquelle il mène. Avant sa construction, près de 1200 mètre séparaient le pont National du pont de Bercy ; ce qui constituait un obstacle aux échanges entres les deux rives de la Seine.

DSC00410

Plusieurs projets sont proposés pour le pont dont celui de Gustave Eiffel qui ne sera pas retenu. C’est celui des ingénieurs Bernard et Pérouse qui fut choisi. La construction débute en 1879 et s’achève trois ans plus tard. Le trafic incessant du bassin de Bercy à cette époque interdisait toute interruption de navigation. L’arche centrale fut donc construite sur un échafaudage. L’édifice fut endommagé en 1890 par les glaces de janvier et reconstruit en 1893.

DSC00411

Le 3 janvier 1943, un bombardier allié venu pour attaquer la centrale de Chevilly-Larue est touché par la défense anti-aérienne allemande, accroche le pont pour ensuite aller s’abîmer dans la Seine. Deux plaques de marbre au centre de l’édifice rappellent l’événement rendant hommage aux quatre aviateurs qui trouvèrent la mort « pour épargner Paris »DSC00412.
D’une longueur de 168 m et une largeur de 20 m. Il comporte une chaussée de 12 mètres de large encadrée par deux trottoirs de 4 mètres chacun. Il est constitué de cinq arches elliptiques en maçonnerie de 29, 32, 35, 32 et 29 mètres d’ouverture. Les piles reposent sur un bloc de béton de 1,80 mètre d’épaisseur.

Pont de Tolbiac
One of the last stone bridges in Paris, the Pont de Tolbiac takes its name from the Rue de Tolbiac, to which it leads. Before its construction, some 1,200 metres separated the Pont National from the Pont de Bercy, an obstacle to trade between the two sides of the Seine.
Several plans were proposed for the bridge, including one by Gustave Eiffel which was not chosen. It was the engineers Bernard and Pérouse who were finally selected. Construction began in 1879 and was finished three years later. The non-stop traffic in the Bassin de Bercy at this time made it impossible to interrupt navigation. The central arch was therefore built on scaffolding. The bridge was damaged in 1890 by icy January weather and was rebuilt in 1893.
On 3 January 1943, an Allied bomber who had come to attack the Chevilly-Larue electric power plant was struck by the German anti-air defences, hitting the bridge before crashing into the Seine. Two marble plaques at the centre of the bridge recall the event and pay tribute to the four aviators who lost their lives ‘to save Paris’.
Measuring 168 metres long and 20 metres wide, it includes a 12 metre-wide road and two 4 meter-wide pavements. It consists of five elliptical stone arches measuring 29, 32, 25, 32 and 29 metres in diameter. The pillars rest on blocks of concrete which are 1.8 metres thick.

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *