Scènes à tous les étages… Même pas en rêve !

Le fakir entre en scène. Se prépare et se concentre. Il est seul. Le Mathurin lui demande son plus bel exploit. Normal, me direz-vous, quand le luxe d’être chez soi requiert d’avoir les meilleurs, avec soi. Entre, à son tour, son assistante, debout et impassible. L’œil médusé des clients de l’hôtel n’a d’égal que la concentration des deux protagonistes. Le fakir lève ses bras, plus haut puis encore plus haut. Une fois, deux fois et, enfin, à la troisième tentative, son assistante décolle du sol jusqu’à environ un mètre. Elle tient, puis tient encore. Invariablement allongée avant de… L’œil des spectateurs se ferme à ce moment là. Aucun témoin n’en saura davantage. Le mystère reste entier. Que sont-ils devenus ? Le fakir et son assistante ont réussi là leur meilleur tour.

meme pas en reve

Scènes à tous les étages… Dream on!
The fakir comes into the room, prepares himself, concentrates… he is alone. The Mathurin has asked him to perform his most incredible feat, which is normal, you might say, since the luxury of feeling at home demands the very best. Then his assistant enters the room, standing still and impassive. The hypnotized gaze of the hotel guests compares only to the concentration of the two protagonists. The fakir raises his arms, higher and then higher still. Once, twice and finally, on the third attempt, his assistant rises and floats a few feet off the floor. She remains there, floating imperturbably until… The spectators blink at that very moment and no one knows what happened. The mystery remains intact. Where did they go? The fakir and his assistant have performed their best trick.

Didier MOINEL DELALANDE

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.