Scènes à tous les étages… Automates et Mathurin

L’hôtellerie est-elle un métier d’automatisme ou de création ? Les deux mon capitaine. L’automatisme consiste en ce par cœur déroulé, invariablement, chaque jour pour que les clients touchent à la perfection, l’écrin, le joyau. La création, aussi, car il n’y a pas de service sans un zeste d’inconnu, une pincée de folie et deux doigts d’originalité. Tout est dit dans ce tableau. Les danseurs et les musiciens classiques sont de véritables métronomes. Bourreaux de travail de surcroît. Mais ils ont aussi cette part alternative, impalpable et désarçonnante qui fait que le moment d’après peut être un miracle, un étonnement subjuguant quasi jubilatoire. Tous les jours, au Mathurin, je m’efforce de faire cohabiter ces deux valeurs. Merci de votre fidélité.

automates et mathurin

‘Scènes à tous les étages’… Automats and the Mathurin
Is the hotel profession one of automatism or creation? The answer is both! The automatism consists in rolling out the welcome that we know by heart each day so that our guests can touch perfection, the treasure chest, and the jewel inside. But creation too because there is no service without a zest of the unknown, a pinch of folly and a dash of originality. This scene says it all. The dancers and classical musicians are real metronomes and incredibly hard workers to boot. But they are also this alternative, impalpable and baffling aspect that means that the next moment can be a miracle, a disarming and almost jubilatory astonishment. Every day, at the Mathurin, I strive to combine these two values. Thank you for your loyalty.

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.