Scènes à tous les étages… Et que ça saute…

Les pieds par terre depuis quelques secondes, je m’imaginais déjà le pire des scénarios en arrivant à l’hôtel ce matin. Je filais prendre une douche, avalais un café, avançais d’un pas serein, mais pressé, vers mon scooter puis tournais la clé de contact. Il me restait 9.8km à parcourir avant de découvrir, éventuellement, les assiettes émiettées, par terre, gisant dans un grand bain de porcelaine après les délires d’un serveur qui aurait voulu faire du zèle. Je passe désormais sous le pont de l’Alma. La tension monte. Et si ce n’était pas que les assiettes ? S’il avait mis le feu après avoir débarrassé un peu vite ? La Concorde est désormais contournée laissant place, majestueuse, à la Madeleine. J’accélère pour voir de mes yeux vus. J’emprunte la rue de l’Arcade et me gare sur le trottoir. Je finis à pied et démultiplie mes pas. La porte de l’hôtel s’ouvre. Je n’entrevois rien. Un silence assourdissant tapisse les murs de l’hôtel. Une voix me glisse subrepticement à l’oreille : “réveille toi”.

et que ca saute

Scènes à tous les étages… Make it snappy!
As soon as I rolled out of bed this morning, I was already imaging the worst on arriving at the hotel. I jumped in and out of the shower, gulped down a coffee, and set off calmly but hurriedly for my scooter. Once the engine was running I still had 9.8km to drive before discovering, possibly, the shattered plates on the floor lying amongst a heap of broken porcelain after the delirium of an overzealous waiter. I am now driving under the Pont de l’Alma. The tension is rising. What if it were not only the plates? What if he had set fire to the place after clearing up a bit too hastily? I’ve now passed the Place de la Concorde which makes way for the majesty of La Madeleine. I accelerate to see the scene with my own eyes. I take the Rue de l’Arcade and park on the pavement. I walk, no run, the last few steps. The door of the hotel opens. I can’t see anything wrong. The hotel is deafeningly silent. A voice whispers surreptitiously in my ear: “wake up”.

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *