Serge Betsen : Maîtresse d’hôtel… Anecdote hôtelière N°9

SergeBetsen
Avec Serge Betsen, à l’occasion de France – Pays de Galles au Stade de France, le 28 février 2015

Après les écrivains Didier Decoin de l’Académie Goncourt et Tristane Banon, le dessinateur  Luz, le pâtissier Arnaud Delmontel, les jeunes entrepreneurs Michel et Augustin et les sportifs Loïck Peyron et Denis Grozdanovitch, j’ai aujourd’hui l’immense plaisir d’accueillir sur ce blog un autre champion que j’admire beaucoup : le rugbyman professionnel Serge Betsen.

CaptureSerge sort aujourd’hui aux éditions Hugo Sport un ouvrage intitulé les 7 plaies du rugby français écrit en collaboration avec Antoine Bréard où il livre un portrait sans concession de la situation de ce sport en France. Un livre choc qui a vocation à faire bouger les lignes d’un sport parfois empêtré dans son conservatisme. Avec le recul et l’indépendance d’esprit qui le caractérisent, le diagnostic de Serge n’a qu’un but : voir enfin la France soulever la Coupe du Monde. En 2015 ou plus tard… A acquérir dans toutes vos librairies

Merci beaucoup pour cette savoureuse anecdote, tout à fait d’actualité à l’heure du Tournoi des VI Nations, et qui nous donne une vision plus intime des grands sportifs en compétition ! Allez les bleus !

Didier MOINEL DELALANDE

« Maîtresse d’hôtel.
Tout le monde sait que l’on peut tout s’offrir dans un hôtel !
Pour le tournoi des VI nations, depuis l’ère du centre d’entraînement à Marcoussis, nous n’avions aucun moment pour le faire. Vous pouvez me comprendre, nous avons un suivi de chaque instant par les coachs durant la semaine de préparation (analyse vidéo de mes actions, de celles de mes adversaires, de l’arbitre, du joueur contre qui je serai opposé etc etc j’en passe).
En ayant passé toute la semaine enfermé à Marcatraz – comme on l’avait surnommé car on ne nous laissait pas d’autres options que de s’entraîner, on se rendait dans un hôtel à Paris pour finir notre préparation du match.
Mes collègues préféraient se balader ou passer du temps en famille, mais moi, je restais dans l’hôtel à apprécier ces derniers instants avant la tempête…
Pour me relaxer et bien me préparer, j’allais faire appel au service des femmes de chambre de cet établissement … pour une compétence autre que celles pour lesquelles elles avaient été embauchées ! Je m’assure d’abord, au détour de quelques questions au directeur de l’hôtel, qu’il était possible de solliciter le personnel pendant ses heures de pause. Puis j’interroge l’intéressée sur son emploi du temps. Cela se précise, j’allais avoir dans ma chambre, un des moments de détente le plus fantastiques dont je pouvais rêver à la veille d’un match.
Je dois vous avouer qu’avoir, au-delà de l’accueil, de la qualité du lit, de la restauration, ce plus de la part des hôtels qui m’accueillaient est toujours resté en moi comme le must : on peut tout demander dans ces établissements ! Ainsi je me souviens de cet hôtel car l’une de ses prestations (même s’il s’agit de celle d’un de ses salariés dans ses heures de pauses) a contribué à me faire gagner mon second trophée, celui du Grand Chelem 2004.
Et cette prestation, je dois dire c’était juste magique ! Sans rentrer dans plus de détails, sachez qu’entre défaire mes anciennes nattes, le shampoing et me refaire de nouvelles nattes avec à la clé une forme unique toujours originale, j’étais ravi. Pendant cette heure et demi, j’avais eu le temps de finaliser ma préparation en repensant et visualisant dans ma tête tout ce que j’allais faire sur le terrain.
Depuis la naissance de mon premier enfant, j’ai tenu à garder mes cheveux longs et me faire des tresses afin de coller à mon nouveau style. Il est vrai qu’avoir des cheveux longs pour un rugbyman a toujours été source de moqueries …Mais cela est devenu banal depuis l’épopée de Chabal Sébastien !
Ainsi, j »ai dû, pendant toute ma carrière professionnelle et lors de chaque déplacement, faire appel à une coiffeuse professionnelle. Et pour moi, qui ne suis pas vraiment ce qu’on appelle un métrosexuel, c’est un moment important afin que mon style de jeu colle à mon look … Et l’inverse !
Merci à donc à toutes celles qui m’ont coiffé et à leur managers qui les autorisé à faire quelques heures supplémentaires.
L’écoute pour la performance est une notion que j’ai toujours appliquée auprès de mes collaborateurs et copains de jeux, c’est bien quand cela se passe aussi avec des personnes que l’on rencontre à l’hôtel.

Serge Betsen
Biographie : Né le 25 mars 1974 à Kumba au Cameroun, Serge arrive en France avec sa famille à 9 ans et découvre le rugby à l’âge de 12 ans au Club de Clichy la Garenne. En 1991, il part poursuivre ses études à Bayonne et intègre le club du Biarritz Olympique. Il effectue sa première sélection au sein de l’équipe de France le 22 mars 1997 contre l’équipe d’Italie. En 2000, il participe au premier tournoi des 6 nations. Surnommé « la faucheuse » ou « le sécateur » grâce à ses fameux plaquages et ses montées rapides, il est jugé meilleur plaqueur du monde par de nombreux spécialistes du rugby et redouté de tous ses adversaires : les anglais le surnomment « l’équarisseur biarrot ». Il est sacré meilleur joueur du championnat Français en 2002 par l’Oscar Midi Olympique, en 2004 il est nominé par L’IRB pour le titre de meilleur joueur du monde. En mai 2008, il signe avec l’équipe des London Wasps et évolue au poste de troisième ligne aile. Il réussit à endosser le rôle de capitaine de cette équipe prestigieuse pour deux saisons. Serge est également membre fondateur de la Serge Betsen Academy, une association qu’il a créée en 2004, et qui a pour objectif d’aider des enfants défavorisés du Cameroun. L’association utilise l’enseignement du rugby comme vecteur d’intégration sociale et d’accès à l’éducation pour des centaines d’enfants défavorisés de Yaoundé et de ses banlieues. Serge Betsen est aujourd’hui membre du club « Champions de la Paix », un collectif de 54 athlètes d’élite célèbres engagés à servir la paix dans le monde grâce au sport, créé par Peace and Sport, organisation internationale basée à Monaco qui œuvre pour la construction d’une paix durable grâce au sport.

SergeBetsenIt is my great pleasure to welcome to this blog a champion whom I admire greatly: former professional rugby player Serge Betsen. Thank you for this tasty anecdote which is particularly topical during the Six Nations tournament and which gives us greater insight into the world of high level athletes! Allez les bleus (Go France)!

Didier MOINEL DELALANDE

Everyone knows you can ask for anything and everything in a hotel! However, during the Six Nations tournament, from the moment we began training in Marcoussis, we hadn’t had time to do put this to the test. It is understandable, of course, we are constantly monitored by our coaches throughout the training week (video analysis of my movements, my opponents’ movements, the referee, the player against whom I’ll be playing, and so on). Having already spent the week holed up in “Marcatraz” as we called it, because we all we did was train, we went to a hotel in Paris to finish our preparations for the match.
My colleagues preferred to spend their time strolling about or with their families, but I chose to stay in the hotel to enjoy the calm before the storm…
And in order to relax and prepare as best possible, I asked the hotel’s chambermaids for a service which was not on the menu! First of all, I checked with the hotel manager that I could use the staff during their breaks, then I found out about their shifts, before enjoying the most relaxing pre-match evening possible.
I must say, in addition to the reception, the quality of the bed, and the food, I’ll always remember the little extras that set this hotel apart: nothing is too much to ask! I remember clearly that one of the services provided in this hotel (albeit by staff on their break) helped me win my second trophy, the Grand Slam 2004.
And I have to tell you, the service they provided was out of this world! Without going into the nitty gritty, I was delighted to have my old braids undone, my hair washed, and new braids done in an original new style! For an hour and a half, I had time to finish preparing, thinking over and visualising in my head what I was going to do on the pitch.
My hair has been braided since the birth of my first child. Obviously, long hair on a rugby player can be a source of jokes… But thanks to the epic Chabal Sébastien, that’s all old hat now!
Anyway, throughout my professional career and for each trip, I have always had to use a professional hairdresser. I don’t really think of myself as a metrosexual, but it important for me to make sure that my style of play is reflected in the way I look. And vice versa!
So, many thanks to all those who styled my hair and to their managers who allowed them to work a few hours extra. Being a good listener is something I’ve always tried to put into practice with my friends and team mates on the pitch, it’s good to be able to do the same with people you meet in hotels.

Serge Betsen
Biography : Born on 25 March 1974 in Kumba, Cameroon, Serge arrived in France with his family at the age of 9 and discovered rugby at the age of 12 at the Club de Clichy la Garenne. In 1991 he left to study at Bayonne and joined the Biarritz Olympique club. He was first selected for the French team to play against Italy on 22 March 1997. In 2000, he participated in the first Six Nations tournament. Nicknamed “La Faucheuse” (the Grim Reaper) and the “Shears” because of his famous tackles and speed, he is considered the best tackler in the world by several rugby specialists and is feared by his opponents. He was named best player in the French Championship in 2002 in the Oscars Midi Olympique and in 2004 he was nominated for World Rugby Player of the Year by the IRB. In May 2008, he signed with the London Wasps, playing as a flanker. He then became captain of this prestigious team for two seasons. Serge is also a founding member of the Serge Betsen Academy, an association which he created in 2004 which aims to help disadvantaged children in Cameroon. The association teaches rugby as a means of encouraging social integration and access to education for hundreds of disadvantaged children in Yaoundé and its suburbs. Serge Betson is currently a member of the “Champions de la Paix” club, a group of 54 famous elite athletes committed to acting for world peace through sport, created by Peace and Sport, an international organisation based in Monaco which works to build sustainable peace through sport.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *