Le Monceau

parcmonceauS’il est un lieu dans Paris qui respire le charme serein de la bourgeoisie bien installée, c’est le Parc Monceau. Bordé de belles demeures et luxueux hôtels particuliers, il est limité par des voies portant le nom de peintres du XVIIe siècle : avenue Vélasquez, avenue Ruysdaël, avenue Van-Dyck, rue Rembrandt, rue Murillo… C’est, à mon avis, l’un des plus beaux jardins de la capitale.

Pas bien grand (1km de circonférence) mais très agréable. Son aspect, lui, n’a pas changé depuis que Marcel Proust aimait y déambuler. Le Parc Monceau abrite des arbres spectaculaires dont un érable sycomore ou ce vénérable platane d’Orient (1814). Il accueille une grande diversité d’oiseaux attirés par la hauteur des arbres: des canards, des mésanges, des geais ainsi que des… carpes et poissons rouges dans un vaste bassin central.

Passées les grandes grilles en fer forgé rehaussées d’or et délaissant une belle rotonde, ancien pavillon du mur des Fermiers généraux, vous croiserez, au détour des bosquets, les statues en marbre d’écrivains et de musiciens comme Guy de Maupassant, Frédéric Chopin ou Charles Gounod. En poursuivant votre déambulation, vous verrez de nombreux éléments décoratifs, dont un pont, une grotte, une pyramide ou les  vestiges des jardins de celui que l’on nommait, à l’époque,  le prince – poète, à savoir le duc d’Orléans. Regardons un peu, d’ailleurs, ce que fut l’histoire du Parc Monceau. En 1769, le duc achète un hectare de terre au coeur de la plaine de Monceau. Un pavillon est bâti au centre du terrain que le duc agrandira à 12 hectares. A la Révolution, déclaré bien national, le parc devint un lieu de bals et de fêtes populaires. Il sera restitué à la famille d’Orléans à la Restauration. Puis en 1852, il est partagé en deux, entre l’Etat et la famille d’Orléans. Enfin, La Ville de Paris rachète l’ensemble en 1852. Transformé en jardin public par le baron Haussmann, il sera inauguré par Napoléon III.

Dernier détail, mais sans doute le saviez-vous déjà, le grand peintre Claude Monet réalisa un superbe tableau du Parc Monceau. C’était en 1876.

Parc Monceau
If there is one place in Paris which exudes the tranquil charm of well-settled bourgeoisie, it’s Parc Monceau.
Surrounded by exquisite residences and luxurious private mansions, it is approached by streets which take the names of 17th century painters:  Avenue Vélasquez, Avenue Ruysdaël, Avenue Van-Dyck, Rue Rembrandt, Rue Murillo, etc. In my opinion it is one of the capital’s most beautiful gardens.
It is not particularly vast (1km in circumference) but it is very pleasant and has not unchanged since Marcel Proust liked to take a stroll there.  Parc Monceau has some spectacular trees, including a sycamore maple and this ancient Oriental plane tree (1814).
The lofty trees attract a wide variety of bird life: ducks, tits, jays as well as carp and goldfish in the large, central pond.
Once through the great wrought-iron gates, set off in gold, leaving behind a beautiful rotunda, the former gate-lodge of the wall of the Farmers-General, you will come across marble statues throughout the copses of writers and musicians such as Guy de Maupassant, Frédéric Chopin and Charles Gounod.  Strolling further, you will notice several decorative elements, including a bridge, a cave, a pyramid and what remains of the gardens belonging to he who was known, at that time, as the poet-prince, that is to say, the Duke of Orleans.  While we’re at it, let’s take a look at the history of Parc Monceau.  In 1769 the Duke bought a hectare of land in the middle of the Monceau plain and a house was built in the middle of the land, which the Duke extended to 12 hectares.  Declared a national asset at the time of the revolution, the park then became a place for balls and festivities for all.  It was given back to the Orléans family at the time of the Restoration and then in 1852 it was divided into two, between the state and the family. Finally, the city of Paris bought the whole park in 1852. Transformed into public gardens by Baron Haussmann, it was then inaugurated by Napoleon III.
One last thing, of which you are probably already aware, the renowned painter Claude Monet painted a magnificent picture of Parc Monteau in 1876.

Le Parc Monceau
35 boulevard Courcelles
75008 PARIS
Métro Monceau.

Didier MOINEL DELALANDE

Share

2 commentaires pour “Le Monceau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.