Thiers-Issard, Rasoir de Luxe

L’histoire des familles de THIERS est séculaire. La région, qui donna son nom à de multiples familles locales, doit sa renommée au monde et aux corporations de la coutellerie. La grande majorité d’entre elles ont désormais disparu, happées par la concurrence du grand marché, de l’industriel, et très peu d’entreprises françaises maintiennent un savoir-faire artisanal dans le domaine. Pour parler de cette belle page de l’histoire de l’artisanat, il semblait donc tout à fait normal de rappeler à notre bon souvenir l’épopée de la famille Thiers-Issard. Fondée en 1884, l’entreprise, qui porte alors uniquement le nom de THIERS, est portée à bout de bras par Pierre Thiers, dont l’habileté de forgeron est unanimement reconnue.

rasoir1

Afin de se distinguer des nombreuses familles du même nom issues de la région, le fondateur adjoint le nom de sa femme, ISSARD, à la raison sociale de l’entreprise. Coutelier particulièrement brillant, ses descendants perpétuent la tradition familiale et le haut degré d’exigence qui caractérise les productions de la maison. Très vite apparaît le noble produit qui permettra à la famille d’acquérir sa gloire à l’échelle internationale : la fabrication de rasoir coupe-choux très haut de gamme, façonné dans les matières les plus nobles qui soient, comme l’ébène, l’ivoire, ou encore l’écaille de tortue, matière jusque la réservée aux familles royales. Véritables objets d’art, ces rasoirs sont très prisés notamment par les américains. Le folklore se développent autour d’eux, ils deviennent de véritables personnages du monde du luxe, et font des apparitions notables dans quelques romans.

Si en 1985, la maison est rachetée par Gilles Reynewaeter, ce dernier se garde bien de changer les modes de production des ateliers de la marque. Comprenant la pertinence du rasoir à main comme un objet de haut standing, voir de collection, il développe un gamme de « rasoirs à la demande » dont les motifs et les matières sont sélectionnés par le client. Si les gammes de la marque THIERS-ISSARD se sont élargies, se développant notamment dans les couteaux pour électricien, ou bien encore des choix de couteaux « tout inox », l’élégance des rasoirs proposés n’a pas subi de modifications, et il semblerait que leur fabrication jouisse d’une belle pérennité, les couteliers de l’entreprise étant désormais les seuls capables de manufacturer des produits d’une telle qualité.

rasoir2

A Paris, vous pourrez, par exemple, vous procurer un TI dans l’un des salons « Les Mauvais Garçons » situés à Oberkampf et au Bon Marché.

Thiers-Issard luxury razors:
The history of the families of THIERS is age-old. The region, which lent its name to a number of local families, owes its renown to the world of cutlery and the companies that sprung up around it. The great majority of them have since disappeared, unable to compete with industrialisation and the global market, and very few French companies have retained traditional know-how in the field. When writing about this beautiful chapter in the history of craftsmanship, it therefore seems only natural to cast an eye over the Thiers-Issard family’s saga. Founded in 1884, the company was originally known simply as THIERS and was run single-handedly by Pierre Thiers, whose skill as a blacksmith was widely acknowledged.
In order to distinguish his family from the many others in the region who bore the same name, the founder added his wife’s surname, ISSARD, to the company’s official name. The exceptional cutler’s descendants continued the family tradition and maintained the high calibre characteristic of the brand’s products. Soon enough, the noble product that was to bring the family international glory made its appearance: a high-end cut-throat razor, fashioned using only the noblest materials, including ebony, ivory and even tortoiseshell, whose use had previously been restricted to royal families. Pieces of art in their own right, these razors were highly sought-after, especially by American buyers. They developed their own cult following and became legendary within the world of luxury products, making notable appearances in several novels.
Although the company was bought over by Gilles Reynewaeter in 1985, the new owner was careful not to alter production methods in the brand’s workshops. He understood the importance of the hand-held razor within luxury or even collector goods and developed a range of “tailor-made razors” whose patterns and materials are selected by the customer. The ranges produced by the THIERS-ISSARD brand may have expanded – they now produce knifes for electricians and offer a wide choice of stainless steel knifes, for example – but the elegance of its razors has never wavered. Moreover, it seems the company has real staying power, because its cutlers are now the only ones capable of crafting products of such high quality.
In Paris for example, you can purchase a TI in one of the « Les Mauvais Garçons » salons in Oberkampf and at Le Bon Marché.

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *