Le Bellini de ces Dames

belliniLe cocktail Bellini, déjà évoqué ici, repose sur des ingrédients simples dont la qualité est la condition sine qua non de sa réussite. Cocktail star en Italie, très apprécié des dames en quête de rafraîchissement estivaux, son nom est emprunté à l’artiste vénitien Giovanni Bellini. Ce dernier peint, au 15ème siècle, un tableau montrant une toge dont le rose est très similaire à celle du cocktail. Cette couleur provient du nectar de pêches, un des ingrédients majeurs du Bellini avec le champagne ou le vin mousseux Prosecco, équivalent du champagne en Italie ou du Cava en Espagne. On doit cet excellent breuvage à Giuseppe Cipriani, patron du Harry’s Bar, lieu très en vogue à Venise dans les années 50 (à ne pas confondre avec le Harry’s Bar de Paris !). On y croisait, plus ou moins éméchés, ces génies de la plume ou du 7ème Art que furent Hemingway et Orson Welles. Le Bellini était, aussi, le cocktail préféré des personnages de American Psycho, le roman à scandale de Bret Easton Ellis…

Mais trêve de cancans people, aussi haut de gamme soient-ils. Plus prosaïquement, comment prépare-t-on un bon Bellini ? Tout d’abord, il faut écraser des pêches blanches bien juteuses pour en obtenir une purée liquide. Puis, ajouter un soupçon de sirop de sucre. Ce nectar sera mis au réfrigérateur pendant 2 heures avant d’être versé dans un verre de type « flûte ». Compléter, alors, avec du champagne frais ou du Prosecco. Remuer en douceur et servir… Mais tout n’est pas aussi simple que cela. En réalité, la réussite du cocktail Bellini repose sur la qualité des pêches et du nectar que l’on en tire. Le savoir faire joue, là, son rôle incontestable et beaucoup de barmen rechignent à la tâche, préférant exclure le Bellini de leur carte. Dommage. Pour donner à cette élégante boisson la délicieuse lueur rose qu’elle avait dans la recette originale de Giuseppe Cipriani, je vous suggère d’y ajouter un peu de jus de framboise ou de cerise. Enfin, si vous ne voulez pas affronter les vapeurs d’alcool du champagne ou du mousseux, vous pouvez toujours utiliser du cidre ou de l’eau Seltzer. Que dire d’autre sur ce cocktail ? Pour en savoir plus, vous pourriez aller à Venise, par exemple. Le Harry’s Bar est toujours là, gouverné par cette famille Cipriani à qui l’on doit l’invention du cocktail Bellini mais aussi du… carpaccio.

The Bellini for Ladies
The Bellini cocktail, previously mentioned here, relies on simple ingredients, the quality of which is the sine qua non of its success.   Popular in Italy, especially with ladies looking for summertime refreshment, its name comes from the Venetian artist Giovanni Bellini.  In the 15th century, he produced a painting showing a toga, the rose colour of which is very similar to that of the cocktail.  This colour comes from the peach purée, one of the main ingredients of a Bellini along with champagne or Prosecco sparkling wine, Italy’s equivalent to champagne or to cava from Spain.  We owe this fine drink to Giuseppe Cipriani, owner of Harry’s Bar, a very fashionable place in 1950s Venice (not to be confused with Harry’s Bar in Paris!).  Geniuses from the world of literature and the silver screen such as Hemingway and Orson Welles could be found here, more or less under the influence.  Bellini was also the favourite cocktail of the characters in American Psycho, Bret Easton Ellis’ controversial novel…
But enough of this gossiping about the stars, however famous they may be and let’s turn, more mundanely, to the preparation of a good Bellini.  The first step is to crush juicy, white peaches to obtain a runny purée.  Next, add a few drops of sugar syrup.  Leave this purée in the fridge for two hours before pouring it into a champagne flute.  Add chilled champagne or Prosecco.  Stir gently and serve.
Unfortunately, it is not as simple as that.  A good Bellini relies on the quality of the peaches and the purée extracted from them.  This is where the expertise lies and many a barman will balk at the task, preferring instead not to include this drink on their menus. What a shame. To give this elegant cocktail a delicious hint of pink, just as Giuseppe Cipriani’s original recipe, try adding a dash of raspberry or cherry juice.
Finally, for a lighter touch, opt for cider or soda water instead of champagne.  What else can be said about this cocktail?  To find out more, you could take a trip to Venice, for example.  The very same Harry’s bar is still there, run by the Cipriani family to whom we owe the invention of the Bellini cocktail, and also… Carpaccio.

Didier MOINEL DELALANDE

Share

Un commentaire pour “Le Bellini de ces Dames

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.